Un peu d’histoire

Un peu d’histoire

L’évolution du Stand UP Paddle. De sa naissance à aujourd’hui :

Le stand up paddle se situe entre la pirogue et du surf moderne, anciennement pratiqué par les rois polynésiens sur d’immenses planches taillées dans des troncs d’arbre. Le but était d’explorer et de faire du commerce dans les lagons de leurs archipels magiques. Il a ensuite été repris dans les années 1940-50  par le célèbre champion de natation hawaïen Duke Kahanamoku  et sa bande de copains les premiers Beach boys.

Dans les années 1950, les fameux Beach Boys l’utilisaient sur la plage de Waikiki pour se déplacer. Le fait d’être debout leur permettait de surveiller plus facilement les baigneurs et les entrées de houle. La zone de bain était alors  beaucoup plus sécurisée et l’intervention auprès des baigneurs en difficulté se faisait plus rapidement…

C’est dans les années 1960 à Hawaï que les Watermen’s Laird Amilton, Dave Kalama, entre autres qui ont relancé cette forme de surf, en pratiquant aussi les parcours « down wind » le long des côtes de Maui ainsi que des traversées d’îles en îles, notamment en participant à la célèbre course de pirogue Molokai – O’Ahu.

Une planche du stand up paddle mesure entre 5,11 pieds et 15 pieds soit environ entre 1,5 m et 6,5 m, elle peut peser jusqu’à 16 kg pour un volume de 250 litres.

Aujourd’hui, il est possible de rencontrer deux types de planches différentes : rigides ou gonflables.

Les planches rigides se rapprochent beaucoup des planches de surf. Construites de la même manière (à base de mousse couverte d’une couche de résine), ces planches permettent d’obtenir une meilleure glisse sur l’eau et restent donc privilégiées dans des conditions de surf ou de compétition de vitesse.

Les planches gonflables quant à elles évoluent chaque année vers de meilleures performances. Pour obtenir un maximum de rigidité, les constructeurs utilisent un matériau appelé le Drop stitch qui consiste à joindre deux couches de PVC avec des milliers de fils. Sous une pression comprise entre 15 et 21 psi (1 à 1,5 bars environ), les planches deviennent suffisamment rigides pour porter une personne sans se plier.

Aujourd’hui le stand up paddle connait un succès planétaire grandissant, les planches de Stand Up Paddle sont classées par famille. En effet chaque planche va avoir une fonction précise que ce soit pour une balade ou pour de la race, la planche sera différente.

  • Les planches de SUP polyvalentes
  • Les planches de SUP de balade
  • Les planches de SUP de surf
  • Les planches de SUP de race
  • SUP gonflable : le paddle gonflable est devenu le produit grand public de sport de glisse le plus répandu en France (plus que le ski ou la skate)

Il existe du paddle de vitesse, du paddle de vagues, paddle de rivière avec comme utilisation principale les balades sur l’eau, mais de nombreuses disciplines se sont répandues durant ces dernières années. Le paddle se pratique de manières différentes : mais on peut parler de 4  grandes catégories ou disciplines bien spécifiques…

  • La balade ou la randonnée est la discipline la plus accessible pour ceux qui débutent le stand up paddle. C’est la forme la plus répandue en France. On l’appelle All Round. Nombreuses sont les marques qui proposent ce type de planches : Zray, Hydro Force, Key West, Aqua Marina, Aztron …
  • Le surf ou surfing consiste à prendre les vagues en s’aidant avec la pagaie.
  • La course est la discipline la plus physique, elle fait travailler la vitesse et l’endurance.
  • L’eau vive est une pratique moins courante, elle consiste à descendre les rivières, les fleuves.
  • La pêche est aussi pratiquée en paddle.

De nombreuses disciplines se sont répandues durant ces dernières années :

  • La stabilité du la planche de SUP permet de réaliser des postures de yoga avec une difficulté supplémentaire tout en donnant à cette disciple un nouvel élan. Les personnes converties à cette nouvelle pratique de yoga témoignent être plus connectées à la nature.
  • Le yoga aquatique est aussi propice à la méditation. Le fait d’être en contact avec l’eau, d’être bercé par la houle accordent des instants de grande sérénité.

Les planches gonflables

Depuis 2010, des planches de SUP gonflables permettent de réduire grandement l’encombrement pendant le stockage et les déplacements. Dégonflée et pliée, la planche a le volume d’un sac à dos7. Constituées de couches de PVC renforcées, ces planches robustes sont employées pour la promenade et la pratique en eau vive. À l’intérieur de la planche une structure faite d’un maillage de fibres de polyester lui confère une bonne rigidité et lui permet de garder sa forme. Les arêtes plutôt arrondies obtenues par ce procédé de fabrication ne permettent pas de réaliser des planches parfaitement compétitives dans les domaines du surf ou de la course, même si depuis 2012 certaines planches gonflables de course donnent de bons résultats sur les parcours non ventés. Enfin, comme tout engin de plage gonflable, une crevaison enlève toute flottabilité à l’embarcation.

Avec la technologie à deux chambres, certaines marques de paddle gonflable ont redéfini les normes de sécurité de l’industrie des planches gonflables. Deux particularités font toute la différence : la chambre intérieure additionnelle garantit une flottabilité égale à 50% de la flottabilité totale de la planche, ce qui permet de garantir la sécurisation du paddler en cas de crevaison ou de fuite. La chambre supplémentaire intègre une construction avec des colonnes d’air ainsi que des cloisons latérales placées dans la « zone debout » ce qui a pour effet d’améliorer de 30% la rigidité de la planche. Cette technique peut permettre à certaines planches de dépasser les 300m en répondant aux critères de la division 240.

Le paddle gonflable est construit en dropstitch composé de couches de PVC reliées entre elles par des fils de polyester. Ce maillage structure et rigidifie l’ensemble une fois sous pression et permet d’avoir un stand up paddle qui ne ressemble pas à un ballon.

Il existe différentes constructions de Dropstitch :

  • Simple couche : Léger et moins cher
  • Simple couche + stringer : l’ajout d’une bande de PVC sur le pont (en général) permet d’améliorer la rigidité de la planche
  • Double couche (collées) : Plus lourd, l’ajout d’une seconde couche de PLV améliore grandement la rigidité, bine plus qu’un simple stringer. Le vieillissement de ce type de construction n’est pas idéal.
  • Doubles couches fusionnées : La 2ème couche de PVC est « fusionnée » (et donc sans colle) avec la première, toutes les deux tendues. Entre les deux couches, le fabricant insère une fibre unidirectionnelle perceptible sur la construction. Avec cette construction, la planche est allégée de 20% et bénéficie d’une rigidité accrue de 30%.

Une planche de paddle gonflable se gonfle à environ 15 PSi pour une utilisation courante. Seules les planches de race méritent une pression supérieure.

En termes de performance, une planche de paddle gonflable est en général moins performante qu’une planche « en dur » car moins rigide et a tendance à traîner plus d’eau. Une planche gonflable n’est ainsi pour le moment pas compétitive dans des courses mais les technologies évoluant, il est envisageable que cette situation change à l’avenir.